Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

samedi 6 avril 2013

Dérive totalitaire des esprits



L'air du temps est encore froid, le printemps tarde, il arriverait le week-end prochain. Mais l'atmosphère politique n'est pas décontractée. Chacun se rejette la responsabilité d'une corruption  qui serait endémique. Soit. On réclame des lois. On veut des châtiments. Pas de pitié. Seule la répression peut stopper la pandémie. Seule l'interdiction nous sauvera.

Je vais vous surprendre, en reprenant le début d'un commentaire de Didier Goux chez Elody (la suite  du commentaire n'a aucun intérêt ici). Il dit, en gros que la fraude, c'est comme la prostitution, on aura beau faire ce qu'on veut, on ne la fera jamais disparaitre.
Il a raison. C'est un fait. Mais je ne crois pas qu'ici, nos avis vont converger, par la suite.

Un autre fait me pose un problème. Beaucoup de gens, dont moi, pensons que la répression de la criminalité n'est qu'un pis-aller, un leurre si on n'en traite pas les causes. Cet avis dépasse les clivages droite/gauche. Je prend l'exemple des vols, de la criminalité issue souvent de la pauvreté et de la détresse des auteurs. Il est effectif que la délinquance a un terreau de misère. Si nous voulons nous attaquer en profondeur aux causes de la criminalité, nous devons insuffler plus de justice sociale et donner de réels droits aux populations défavorisées afin d'améliorer réellement leur vie.

Pourtant, ce raisonnement simple disparait lorsqu'on parle de lutte contre la fraude et la corruption. Là, on ne parle plus que de justice, de loi, de répression.
On ne se penche pas sur les raisons de ces comportements, pourquoi certains franchissent cette ligne, et c'est encore plus vrai quand les auteurs incriminés de ces fautes ne sont pas dans le dénuement financier.
Ils n'ont aucune circonstances atténuantes.

Oui mais...

Un proverbe chinois dit: "les principes gouvernent les hommes bons, les lois les hommes méchants".

Un autre proverbe de chez nous dit "les lois sont faites pour être contournées".

Il existe un autre fait: depuis que le financement des partis a été codifié afin de rendre celui-ci transparent et éviter fraudes et abus, on finit toujours par en retrouver des traces dans le financement, des soupçons, des présomptions comme l'Affaire de Karachi, Bettencourt, ou autres...
Depuis les mesures contre les paradis fiscaux, rien de nouveau sous le soleil.
Il semble plus facile, rentable, de vivre en plaçant son argent afin de payer moins d'impôts. Que la personne dissimule des centaines d'euros ou ait des centaines de milliers d'euros comme Cahuzac ou des centaines de millions comme certaines sociétés occidentales ou autres importe peu.
Le mécanisme de base, qui fait qu'on bascule dans cet engrenage, qui fait qu'on passe de quelqu'un de normal à quelqu'un qui fraude, c'est là où devrait se trouver la réflexion. Mais cela vaut pour tout.
La meilleure façon pour arrêter la corruption et la fraude, comme toute délinquance, c'est de faire en sorte que la plupart des gens ne commencent pas à frauder.
Je dis "la plupart des gens", car on trouvera toujours des personnes malhonnêtes dans leurs principes.

Prenons l'exemple de la peine de mort: elle ne dissuade pas les meurtres, c'est même le contraire. On constate partout des crimes de plus en plus violents là où elle est appliquée. Celui qui la risque n'a rien à perdre de pire.
Pourquoi en serait-il différemment dans tout comportement délictuel?

C'est cela qui est curieux, dans le comportement que j'observe dans les milieux de gauche  et au-delà: la tendance au tout répressif au sujet de la corruption ne dérange pas, au contraire, alors que pourtant, quand il s'agit des droits de Roms, ou des sans-papiers, ou d'humaniser avec raison les prisons, le discours n'est pas le même à gauche.
 En quoi l'ouverture d'esprit et la tolérance ne devrait pas exister pour comprendre et démonter ce qui pousse des gens honnêtes à frauder, si on  ne mélange pas ceux qui ont fait de l'escroquerie un art de vivre  avec ceux qui se sont fait prendre dans un engrenage, qui, d'ailleurs peut se trouver totalement légal, mais moral, là, c'est une autre histoire....

On va prendre un autre paradoxe: frauder les impôts ne vaut que si on taxe. Par exemple, dans des pays qui n'ont pas ou peu d'impôts sur le revenu, il n'y a pas de fraude fiscale. A quoi bon?
Ici, on est bien forcé de reconnaitre que les libéraux ont raison quand ils dénoncent le trop grand matraquage des impôts sur les richesses de notre pays. Surtout qu'un consommateur lambda paye sa dime sur tout ce qu'il consomme via la TVA. Vaste débat dont je n'effleurerait que la surface ici. Mais il est vrai que parallèlement à la lutte contre la corruption et la fraude fiscale, la Russie a baissé les impôts jusqu'à un taux de 13% sur le revenu.

Je ne prétend pas du tout avoir des solutions miracles dans ce billet. Je veux juste comprendre pourquoi les oppositions et les violences nous poussent dans une dérive totalitaire du tout répressif.
Et si il est bon de dénoncer les lois sécuritaires qui nous pourrissent la vie depuis des années et qui nous séparent, il est aussi bon de mettre en garde contre la tentation de jeter le haro sur tous les riches, tous les politiques, car entre poujadisme et relent de la Terreur, notre histoire nous enseigne qu'on ne peut pas mettre un pas vers cette direction sans de graves conséquences. Je ne vise personne ici de particulier. Je ne ferai de procès en intention à quiconque, par conséquent.

Je suis juste triste sur ce que je lis, ici, et là.

Hugo disait que la tenue rouge du forçat venait de la robe rouge du magistrat.
Certains penseurs croyaient que la tyrannie naissait de lois injustes.
 La justice doit être la même pour tous. En sommes-nous à ce stade? Du sentiment d'injustice naissent tous les excès, les poussées démocratiques  comme les plus infectes.

En conclusion, si la graine de la corruption pousse, c'est qu'on l'a plantée, c'est qu'on l'a arrosée, comme toute chose. Si elle est devenue une liane aux multiples racines et extensions, c'est qu'on l'a laissée prospérer. Si d'autres cherchent à la déraciner, d'autres en feront pousser ailleurs. Cela ne sert donc pas à grand chose de faire des lois si on ne s'attaque pas à la racine du mal.
 Et je suis désolée d'être une des seules à parler de cela. L'homme n'est ni bon ni mauvais. Il fait des choix, en fonction des situations qu'on lui propose ou qu'on lui impose. Il a son libre-arbitre. Ce n'est pas un vulgaire primate.
Faisons en sorte que la plupart puissent  faire le bon choix. Arrêtons d'asservir les hommes et les femmes par des lois de plus en plus liberticides, et cela vaut pour toutes les tendances politiques.
Arrêtons d'accuser tout le monde et n'importe qui d'avoir la capacité de se transformer en criminel, fraudeur, délinquant, corrompu.
Il y a pourtant un principe que ceux qui ressemblent un peu plus chaque jour à des procureurs en herbe oublient: la présomption d'innocence vaut pour tous et la normalité quand même dans ce fichu pays, c'est d'être honnête!

3 commentaires:

  1. Droit , Justice et équité : il y a urgence à relire le "Contrat social" et à dire que la "Morale civique" le sous-entend ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelque chose de très juste dans ce que vous dites : vous dites que cela est sous-entendu.
      Mais pour beaucoup de gens, ce sous-entendu n'existe plus, parce qu'ils ont été trompé ou pour d'autres raisons.
      C'est tout l'enjeu : refaire de ce que vous appelez la "morale civique" une réelle base.
      merci

      Supprimer
  2. La justice, c'est compenser une baisse des taxe par une hausse des impôts directs (l'inverse de ce qu'on remarque), tout en accordant une grande importance à la fraude des plus riches (a priori les plus rentables). Cela va bien sûr à l'encontre de la liberté de circulation des capitaux prônée par les instances bruxelloises sous la pression... des plus riches bien entendu.

    En fait, la violence n'est pas la cause de la répression, elle est sa conséquence. Les USA ont une police très dure, un taux carcéral de 3,7% de la population (y compris les probations et libertés provisoires), et c'est un pays violent. La Colombie est dans la même ligne de "conduite". Les violences, trop souvent, sont causées par une misère entretenue par les plus riches.

    On notera aussi que la théologie de la Libération, qui lutte contre les injustices, est pourchassée jusqu'au meurtre à la fois par les USA et le "Saint-Siège". La violence est non une fatalité, mais une stratégie des Grands.

    RépondreSupprimer

Bienvenue aux commentateurs de bonne foi, ils seront respectés, quand aux autres:
Avant de poster, ou de vouloir faire un billet, qui serait insultant et violent à mon égard et à ceux qui viennent de bonne foi ici, en ne respectant pas les autres et la loi, n'oubliez pas qu'il faut toujours pouvoir dire en face des gens ce qu'on est capable d'écrire derrière son écran, surtout quand les gens visés ont une famille.
La violence n'est pas que physique. Elle peut être verbale et lâche.
Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer