Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

mardi 6 novembre 2012

Lecture du fameux rapport Gallois: les causes

Bon voilà, je commence la lecture, encouragée par Juan et les copains.
Et bien, c'est joli tout ça, tout ça...
Les causes de nos problèmes sur les entreprises sont assez bien diagnostiquées, mais on n'a pas assez de chiffres ou de références. Par exemple, pour les marges bénéficiaires, c'est le flou total. Par rapport à quoi trouve-t-on ces chiffres? Avant ou après impôt? C'est déjà une première critique.
Ensuite, on nous explique grosso modo que les entreprises n'ont pas su faire avec l'augmentation de la valeur de l'euro, qu'elles ont pris de mauvaises décisions en délocalisant, qu'elles ne sont pas fichues de s'entendre entre elles, que les banques ne les ont pas soutenues, que les compagnies d'assurance ont fui...enfin beaucoup de choses dont on n'est pas responsable, y compris sur le positionnement de produits milieu de gamme qui ne sont pas porteurs...
On nous fiche une comparaison avec l'Allemagne, qui fonctionne différemment. En effet, c'est un pays de Länder, dont les régions s'occupent énormément d'économie et d'industrie, et si l'on regarde bien, il se trouve qu'on a en Allemagne des régions qui vont très très mal, même si le total au niveau du pays semble être positif. Enfin, semble, puisque la récession pointe le bout de son nez aussi en Allemagne. Disons que c'est moins pire que chez nous.

On nous parle des lenteurs administratives, des doublons, du poids des prélèvements, toutes choses qui ne sont pas nouvelles et dont il faudra bien faire un jour un bon toilettage, sne serait-ce qu'en simplifiant des procédures. Mais du coup, on mélange des problèmes bien distincts, car le fonctionnement administratif et la fiscalité , sans préciser exactement où on veut en venir...c'est franchement nébuleux.

On parle aussi du dialogue social en panne: mais entre des syndicats qui sont face à un patronat obtus...ou un patronat qui se heurte à un conservatisme syndical, entre nous...Et puis, il faut dire que c'est tellement facile de négocier avec le MEDEF...je dis ça , moi...

On a donc oublié le poids des actionnaires dans ces causes de disfonctionnement, la dîme de ces messieurs qui fait qu'on a rogné sur beaucoup de choses, RD, embauche entre autres...Cela, on n'en parle pas.

Sur les causes, il y a aussi l'inadéquation des formations des employés. Là, je suis d'accord. Entre l'école et l'entreprise, il y a un grand écart, c'est clair...

Tout ceci c'est bien gentil, mais de là à vouloir prendre comme modèle l'Allemagne, qui est structurée fédéralement au lieu de la centralisation française, la Suède, qui a un régime d'imposition complètement différent du nôtre et une société clairement allogène comparée à la nêtre, ou l'Italie du Nord, qui tire une grosse partie de sa relative "santé économique" des réseaux de marchés parallèles, le marché noir si on veut être plus précis car les petites magouilles entre amis, on ne sait pas faire sans en Italie....Pourquoi pas le Québec ou l'Angleterre, tant qu'on y est? Oui, là, je plaisante...

Au moins, ce rapport pointe bien du doigt la panade que les entreprises, les banques, les acteurs économiques ont bien mis pendant des années, et que les gouvernements n'auraient pas faits grand chose pour y remédier.
Ils ont dansé tout l'été et maintenant, il ne faudrait pas que ce soit nous que l'on fasse  chanter...
Et juste en conclusion, on oublie de dire que nous ne sommes plus guère en position de soutenir notre demande intérieure, oui, ce fameux pouvoir d'achat qui a soudain disparu, même si on nous  parle de développement harmonieux du pays, de bien-être, tout ça, tout ça...

Après, pour les mesures, faut voir...
Je n'ai pas  encore analysé toutes les solutions du rapport Gallois. Nicolas en a fait un résumé assez succint et des prospectives. 
Je réserve donc mon avis pour plus tard.            

2 commentaires:

  1. "On a donc oublié le poids des actionnaires"

    Le problème est, au contraire, celui de l'absence de poids...Contrairement aux Américains, qui investissent l'essentiel de leurs économies en actions (c'est l'essentiel de leur retraite), les Français ne le font presque plus (le CAC 40, même si ce n'est qu'une moyenne, a perdu la moitié de sa valeur en 10 ans): d'où sous-capitalisation des entreprises et recours à l'emprunt bancaire, qui n'est pas toujours accordé et qui coûte toujours plus cher que des dividendes aux actionnaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais vous ne comprenez vraiment rien! C'est à cause des français, la perte des valeurs du CAC40?
      Et en plus, vous voudriez que les français investissent en actions?
      Vous êtes trop bon, vous!

      Supprimer

Bienvenue aux commentateurs de bonne foi, ils seront respectés, quand aux autres:
Avant de poster, ou de vouloir faire un billet, qui serait insultant et violent à mon égard et à ceux qui viennent de bonne foi ici, en ne respectant pas les autres et la loi, n'oubliez pas qu'il faut toujours pouvoir dire en face des gens ce qu'on est capable d'écrire derrière son écran, surtout quand les gens visés ont une famille.
La violence n'est pas que physique. Elle peut être verbale et lâche.
Tout ce qui est positif pour la discussion et les idées est encouragé, tout ce qui est stérile et inutilement méchant ne sera pas publié

Contributeurs

Citoyen Reporter

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer