Utopie

L'utopie n'est pas un luxe, c'est une nécessité.

Translate

dimanche 31 août 2014

Arrêter le féminisme de salon

On m'a demandé récemment en quoi Belkacem et toutes celles qui se sont succédées à cette farce qu'est le Ministère des Droits de la Femme, ou le Secrétariat de ces Droits n'ont rien foutu.

Voilà un exemple:

Les femmes.
     LES ASSOCIATIONS HUMANITAIRES ESTIMENT QU'AUJOURD'HUI, EN FRANCE, PLUS D'UN MILLION ET DEMI DE FEMMES VIVENT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ. PLUS D'UN SDF SUR TROIS EST UNE FEMME.

    Les femmes ( avec parfois des enfants ) représentent presque un quart des sans-abris. Parmi les SDF âgés de 16 à 18 ans, la proportion de femmes atteint 70%.
    Certains observateurs, associatifs et chercheurs soulignent une invisibilité plus grande des femmes SDF : elles seraient plus discrètes que les hommes dans leur pratique de manche, cachées dans les interstices urbains ( squats, garages, caravanes… ). Ce qui explique que l’opinion publique pense encore largement que les femmes sont à l’abri de la rue.

    D’après la fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri, 35 % des femmes SDF européennes se sont jetées à la rue pour fuir un conjoint violent.
    Plus souvent violentées que les hommes, mais aussi plus souvent au chômage et en contrats précaires, moins bien payées, plus souvent pauvres…, elles connaissent un risque plus grand que les hommes de se retrouver en situation de grande précarité.
    Dans les rues, elles sont beaucoup plus vulnérables que les hommes et les conditions de leur survie sont très différentes. Elles sont, par nature, plus fragiles et cette réalité se révèle souvent dramatique.
    Elles résistent moins bien aux conditions extrêmes de leur vie, au froid, à la fatigue, au manque d’hygiène, à l’alcool et se dégradent rapidement. Mais surtout, elles subissent beaucoup plus que les hommes la violence urbaine.

     Concrètement, le ressenti d’une femme à la rue est complètement différent de celui d’un homme ( honte, image de la mère, déchéance … ). Leur survie s’organise d’une part en fonction de l’identité féminine définit par la société et d’autre part, en fonction d’un impératif absolu : se protéger des agressions.

    Au Secours catholique, la gent féminine représente la majorité des accueillis (55 %). D’après l’INSEE, 36 % des sans-domicile fréquentant les services d’aide sont des femmes.

Ces femmes sont des mères, des épouses, des sœurs et des tantes également.

Alors le baratin de l'égalité , sensé tout arranger, il fait rire doucement.
C'est facile, le féminisme de salon.

Depuis les années 70, les féministes sont montées au pouvoir et ont fait entendre leur voix et leurs idées, on a mis en principe leurs préconisations.
La réalité? Plus de 40 ans de militantisme féministe et la situation de la femme, la condition féminine s'est dégradée.
Leur réponse?
On ne leur aurait pas accordé assez de droit, on ne nous aurait pas accordé notre réelle égalité:
L'égalité de crever dans la rue comme les autres, d'être chef de famille pauvre comme les autres?
Ah non, c'est pas vrai, quand cela arrive à une femme, c'est pire car elle est différente...
C'est ça, l'égalité?

Il faudrait arrêter le féminisme de salon, un jour, tout comme la politique de salon, d'ailleurs.
Un jour, il faudra bien être civilisé et considérer l'humanité comme une et indivisible.
Et se foutre du sexe des gens, réellement.

Si féminisme il doit y avoir, il va falloir qu'il trouve une autre voie que l'éternelle victimisation et maternalisme qui a abouti à une impasse.


Belkacem l'alibi ou le bouc-émissaire: et si elle était juste incompétente?

Je pose la question.
C'est clair qu'on a une avalanche de critiques sur la dame en question, vu qu'elle est d'emblée soupçonnée de vouloir éduquer nos gamins à la théorie du genre, et puis c'est exacerbé par l'origine marocaine de Belkacem, les racistes sont à la curée, faut dire.
C'est franchement nul, mais c'est ce à quoi il fallait s'attendre, de la part de ces gens-là.
Alors pourquoi mettre Belkacem à ce poste-là?

D'autant plus qu'étant juriste de formation à la Cour de Cassation, c'est une grande spécialiste de l’Éducation Nationale, il y a de quoi se marrer.
D'autant plus que ce ministère est un des plus durs et un des plus casse-gueule , si ce n'est le plus dur.
C'est autre chose que de faire mumuse avec le droit des femmes et de repeindre les murs des HLM de banlieue, en demandant une étude de terrain à un organisme dont l'expertisme est le genrisme....Si, si...il y a des fois où le féminisme de Belkacem devient ridicule...et risible.

D'autant plus que Belkacem, si investie dans son dernier ministère où ça allait décoiffer, on allait voir ce qu'on allait voir, a laissé tomber encore une fois la politique de la ville pour une loi sur l'égalité homme/femme dont tout le monde se fout...et s'est cassée sans remord dans un autre Ministère.

Bref, Belkacem, c'est pas Taubira.
C'est pas parce qu'elle est marocaine, femme et féministe, que ça lui donne des qualités intrinsèques et l'immaculée conception de la Vierge Marie...
Elle risque fort d'être incompétente, de toute manières, je prend peu de risques, cela fait des dizaines d'années depuis de Gaulle que le ministre de l’Éducation Nationale est incompétent pour réformer celle-ci, et la gérer sans soucis...
Et ce qui fait peur, c'est qu'elle a accepté le cadeau empoisonné, et qu'elle semble en être très contente...

Donc, il va être dur, très dur de défendre Najat Vallaud Belkacem, en tout cas, pour moi, elle aura le même traitement que les autres.
Surtout que le féminisme mérite quand même mieux que ça, si ce mouvement veut rester vivace et porteur d'un message, à moins que le féminisme de Belkacem ne soit aussi qu'une facade afin de grimper dans les échelons du pouvoir, quitte à y perdre son âme...

samedi 30 août 2014

Encadrement des loyers enterré : Valls avance à reculons

On peut dire ce qu'on veut de l'encadrement des loyers mais le loyer est devenu le poste de dépense qui pèse le plus dans le budget des Français locataires, qui sont une majorité.
On peut dire ce qu'on veut mais des loyers bas sont un atout attractif pour les villes, car elles assurent un coût de la vie agréable.
L'immobilier ne crée de richesse que pour celui qui s'enrichit avec, une minorité, en fait, car celui qui achète ne recherche pas le profit. Il est sensé transmettre le bien à ses enfants, c'est un acquis patrimonial. Mais vu que peu d'entre nous vont avoir la chance, de plus en plus, d'acheter, c'est le serpent qui se mord la queue, encore.
On peut dire ce qu'on veut mais la pierre, c'est mort. Cela ne bouge pas, cela immobilise effectivement l'argent. Je rappelle l'origine du terme immobilier, en opposition avec des biens meubles, qu'on peut bouger. L'immobilier, c'est mort, en terme économique.
Une fois que l'immeuble est construit, il ramène peu de richesse. Sauf à le revendre, faire du profit, voire spéculer: ne pas confondre faire un bénéfice avec la spéculation, juste en passant.

En fait, la déflation qui nous guette commence à arriver, avec la baisse des prix de la consommation courante, des fruits et légumes, tiens, et ça s'accélère avec les sanctions contre la Russie. Cela s'accélère avec les sites internets venant directement de Chine, qui proposent des biens de consommation courante à des tarifs dérisoires.
Cela commence à se voir, même dans l'immobilier, dont les prix chutent.
Refuser l'encadrement des loyers est une manière déguisée et stupide de contrer la fameuse déflation.
Stupide car si on fait baisser le cours de l'Euro en faisant marcher la planche à billet, on stoppe la fameuse déflation.
Mais il vaut mieux faire des cadeaux à des investisseurs potentiels qui boudent de toute manière l'immobilier, non pas à cause de la loi Duflot, mais parce que les profits et la spéculation ne marchent plus...

On a des maires qui râlent contre l'arrêt de l'encadrement des loyers, c'est normal, loyers attractifs = ville attractive.
Mais bon, ça, Valls, il s'en rendra compte quand il aura échoué, car il ne peut qu'échouer, sauf que ce sont encore nous qui allons payer...
Tu avances ou tu recules...comment veux-tu, comment veux-tu....

De Sarkozy à Valls: la dérive des incontinents

On aura pu appeler ce billet : les faussaires de la politique.

On a très souvent reproché à Nicolas Sarkozy d'avoir été trop vers l'extrême-droite, et d'avoir en quelque sorte légitimé la parole nauséabonde. Dans son équipe, il y a eu des perles, c'est vrai. L'histoire de "toutes les civilisations ne se valent pas", phrase d'ailleurs fausse par excellente, vu  qu'une civilisation répond à des critères précis pour être nommée civilisation. Je précise que je ne validerai pas les commentaires visant à rediscuter ce genre d'affirmation douteuse et mensongère de Guéant, du style suprémaciste. On a eu droit au fameux Discours de Dakar et de" l'homme africain n'étant pas encore rentré dans l'Histoire"...même traitement pour les trolls voulant me justifier l'injustifiable, en ce qui concerne cette connerie-là.

Tout le monde se rappelle le "casse-toi, pov'con", le "karcher" de Nicolas Sarkozy.

Notre Sarkozy de gauche, Manuel Valls, nous a pondu sa fameuse tirade sur les "blancos".
Notre Premier Ministre est en train de suivre le programme de l'UMP, en pire. Je l'ai déjà expliqué précédemment.
D'ailleurs, on est en train, à la Rochelle, d'envisager effectivement une refonte de la durée légale du temps de travail...on y songe. On n'y touchera pas, mais on y pense.
Notez que le système des 35 heures est mal pensé, et qu'effectivement, il faudrait le changer,  mais ni en cassant la notion même de durée légale, et par là-même la notion d'heures sup, ni en laissant faire les syndicats en position de faiblesse, face à un patronat complétement décomplexé.

En fait, comme le FN et ses supporters, les tenants du capitalisme ont le vent en poupe, ont la parole décomplexée.

La dérive est telle que Marine Le Pen a des accents populistes d'extrême-gauche, une espèce de mix entre le nationalisme et le socialisme.
La dérive est telle que la gauche de la gauche va finir par être une évidence si on veut avoir une gauche centriste au pouvoir...

L'incontinence verbale, en politique, se paie au prix fort, un jour, car il y a toujours des fuites et des drôles d'odeur qui font surface. Mais nous n'en sommes  même plus au stade du verbal, en ce moment, c'est le politique lui-même qui se vide, en commençant par ses tripes, vu qu'il en manque terriblement.

Billet d'humour noir en hommage à certains magiciens des mots décédés comme Devos ou Desproges, même si je n'en ai nullement le talent.

jeudi 28 août 2014

Et pourtant en 2012, nous avons refusé la fin des 35 heures

C'était dans le programme de l'UMP, instillé par Copé, le pire est que Sarkozy n'y tenais pas plus que ça. Mais nous avons refusé à Sarkozy un deuxième mandat, ainsi donc que ses propositions.
Il n'y a pas plus gros référendum que celui des Présidentielles.

Pourtant, le gouvernement y songe: casser la durée légale du travail, casser les 35 h afin de renégocier branche par branche...C'est Macron qui le dit dans un entretien.
Oh, les ténors du PS s'en défendent, mais bon...Macron, lui, n'est pas élu, et c'est bien lui qui est au  ministère, pas Harlem Désir...

Fillon, sur BFMTV, s'en réjouit.
C'est beau, de se réjouir quand on bafoue la volonté populaire.

Le pire est que ça ne servira pas à grand chose, en terme d'efficacité.

Que disait le libéral Madelin en 2011?


"L'UMP propose d'augmenter le temps de travail par l'ouverture de négociations de branche, note M.Madelin. On reste stupéfait devant l'audace d'une telle proposition. A se demander si les ministres et les députés lisent les lois qu'ils votent ou font voter. Car, faut-il le rappeler, cette possibilité de déroger aux 35 heures existe déjà : c'est la loi du 20 août 2008."

 Et aussi sur le cout du travail, tant qu'on y est?

"L'UMP fait fausse route en plaçant la question du coût du travail au cœur de notre problème de compétitivité. C'est par la qualité, la créativité, la qualification, l'innovation et l'investissement que l'on dope la compétitivité." Pour M. Madelin, "l'avenir est aux bons salaires, pas aux bas salaires".
"LA VIOLENCE DES MOTS"
Sur ce point, au moins, la critique libérale rejoint celle adressée par la gauche."

En 2012, le programme économique de la gauche, celui qui fait qu'on a élu Hollande, c'était, entre autres, ça:

Ø      Pour dissuader les entreprises d’abuser des licenciements boursiers, augmentation du coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions(...)

3-  Fiscalité des entreprises : priorité à la relocalisation et à l’investissement.
Favoriser la production et l’emploi en France en orientant les financements, les aides publiques et les allégements fiscaux vers les entreprises qui investiront sur notre territoire, qui y localiseront leurs activités et qui seront offensives à l’exportation. Moduler la fiscalité locale des entreprises en fonction des investissements réalisés. Engager la relocalisation d’usines dans le cadre d’un contrat spécifique. Pour les entreprises qui se délocalisent, exiger le remboursement des aides publiques reçues. Une distinction sera faite entre les bénéfices réinvestis et ceux distribués aux actionnaires : trois taux d’imposition différents sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les petites et moyennes, 15% pour les très petites.

4-  Compétition mondiale – réciprocité : faire obstacle à toute forme de concurrence déloyale et pour fixer des règles strictes de réciprocité en matière sociale et environnementale.
Rien en ce qui concerne le coût du travail, il suffit de voir que celui-ci n'est pas du tout trop élevé, contrairement à ce qu'on nous dit, avant Sarkozy, aujourd'hui Valls et Hollande, par rapport à l'Allemagne.
Ce que disait ce billet de blog de Médiapart à l'époque est toujours d'actualité:

"L’argument visant le coût du travail en France, qui pénaliserait la compétitivité des entreprises françaises, ne tient pas : le coût du travail n’est pas plus élevé en France qu’en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Italie, dans les pays nordiques, qui ont à notre égard une balance commerciale excédentaire. Lorsque Nicolas Sarkozy utilise la comparaison des charges patronales avec l’Allemagne, c’est trompeur.

(...)mais en revanche les charges salariales sont deux fois plus élevées en Allemagne qu'en France, car le salarié prend plus à sa charge sa protection sociale, mais en contrepartie il a un salaire net plus élevé qu'en France. De même que les impôts sont deux fois plus élevés en Allemagne qu'en France. Les salaires bruts avant prélèvement sociaux et fiscaux sont donc plus élevés en Allemagne qu'en France (+34%). Ce sont ces salaires bruts qu'il faut considérer pour considérer le "coût du travail" pour l'entreprise(...)
De plus, le coût du logement étant 2 à 3 fois moins élevé en Allemagne comparé à la France, le niveau de vie moyen est plus élevé en Allemagne. C’est aussi ce qui explique que malgré une plus grande précarité de l’emploi en Allemagne et les plus bas salaires à 6 euros nets de l’heure contre 9 en France, les plus bas salaires arrivent à un niveau de vie équivalent."

Mais le coût du logement, Valls, Macron, Hollande, ils s'en foutent car tout a été fait afin de freiner la baisser mécanique du logement depuis 2008.

En gros, comment voulez-vous que les gens se déplacent pour voter, quand on voit comment Hollande a trahi ses promesses, et les idéaux qu'il défendait en 2012?
Hollande a oublié qu'il a été élu contre Sarkozy, et le gouvernement actuel fait pire que ce dernier en terme d'action économique...en tout cas, c'est bien vers ça qu'on se dirige...

Notre Ministre de l'économie se fout des plans sociaux, il songe à la fin des 35 heures...

 



mercredi 27 août 2014

Vers la fin du SMIC et le prochain pillage de la France ?

Enfin, le gouvernement socialiste, façon de parler, est populaire, le MEDEF a applaudi Manuel Valls.
Une situation inenvisageable en Juin 2012...

Le remaniement est salué par d'éminents journaux anglo-saxons de droite et par une presse allemande...enthousiaste...le toutou français est rentré dans le chenil et il va ronger son goulash...

Dans le langage de ces gens-là, ne pas effrayer les investisseurs, c'est en fait venir piller un pays et s'en mettre plein les poches sur le dos des plans sociaux et des licenciements.
Combien d'entreprises Montebourg a-t-il sauvé depuis 2012?

Un choc de simplification au niveau des paperasses pour les entreprises se prépare. Bientôt, on va remettre en question l'existence du SMIC lui-même.
Déjà, dans certaines professions, on travaille 39 heures et demi sans faire d'heures sup...chez les plus pauvres, bien sûr, comme les caissiers et caissières: ce sont eux qui vont payer le choc de simplification, sans aucun doute, car il n'y a pas d'autres alternatives...humour...

"En Italie, Il Sole 24 Ore souligne un paradoxe. D'un côté, Paris "chasse" du gouvernement Arnaud Montebourg, "l'homme de l'anti-austérité", et, afin de rassurer les marchés, nomme à l'Economie Emmanuel Macron. De l'autre, à Vienne, le ministre des Finances Michael Spindelegger, opposé à des réductions fiscales risquant à ses yeux de "créer de la dette publique", démissionne.
"Si l'on voulait mettre en évidence une zone euro divisée sur les thèmes de politique fiscale, l'on ne pouvait choisir mieux, ce qui prouve la fin d'une pensée unique en matière de comptes publics en Europe", écrit le quotidien économique italien."

Ceux qui bouffent sur notre dos et le remaniement.

J'ai lu les réactions des uns et des autres et j'ai vu Valls à la télé hier, interrogé sur ce remaniement.
J'ai entendu aussi des tas de choses.

Au bout du compte, je m'en fous, de ce nouveau gouvernement: la ligne politique est toujours la même, un jeu de chaises musicales, tous les hollandais seraient en place, les militants sont perdus, les Français sont désabusés.

Au bout du compte, on sait juste qu'on va aller dans le mur mais au moins, on sait quel mur on va prendre, puisque, d'après certains, on a pris la ligne préconisée par Attali à Sarkozy en 2008 pour son fameux rapport.
Au bout du compte, l'essentiel était ailleurs.

L'essentiel, il était chez Bourdin, ce matin, un éleveur de Charolais, un des fleurons de notre élevage.
L'essentiel, il est qu'on paie aux éleveurs 3 euros le kilo la viande de boeuf et qu'on a de la chance quand on l'achète en supermarché 11 euros...pour une moyenne de 18 euros...ce qui fait en fait le kilos de bourguignon à 80 centimes (les bas morceaux), vendu environ 8 euros...En 20 ans, une augmentation de 65% du tarif vendu au consommateur, rappelle Bourdin à le Foll, sans réel écho de la part du Ministre...sauf que d'acheter Français...c'est léger...

L'essentiel, il est dans ce genre de petites nouvelles...
Ceux qui bouffent sur notre dos, ils vont continuer un moment encore...

mardi 26 août 2014

La Vème République serait devenue un bouclier contre le peuple


 Ce n'est ni Mélenchon, ni Montebourg, ni d'affreux gauchistes qui tirent la sonnette d'alarme contre notre système de gouvernement, c'est un constitutionnaliste.
C'est à lire dans un article de Libé, un entretien très intéressant, sur la conclusion:

"On dit régulièrement que la constitution de la Ve République est un «bouclier» pour les gouvernants. Mais quand elle devient un bouclier contre le peuple, il y a un problème : la communication ne passe plus, les canaux sont bouchés. Et naissent inévitablement des situations de crise."

Je crois aussi que le système doit être changé, à moins que ce soit les hommes qui se servent du système qui ne seraient pas à la hauteur, en fait.

Valls a dissout un gouvernement, sur un coup de tête, sur des nerfs en boule. On ne me fera pas changer d'avis, ulcéré de ne pas être obéi, il a liquidé le problème, enfin, c'est ce qu'il croit.

On ne sait même pas si son gouvernement aura une large adhésion, il s'est coupé des écologistes depuis peu, les extrêmes-gauche, à part Robert Hue...rions un peu...ne le soutiennent pas depuis le début, et Valls vient de perdre l'appui de la gauche du PS, ainsi qu'un électorat classique que Filippetti représente bien.
Reste donc, afin de ratisser large, Placé, Hue et Baylet.
Bon, Placé est une anomalie chez les Verts, Hue un trublion, et Baylet est arrivé bon dernier aux primaires de 2011...Vous me direz que Valls était arrivé avant dernier, et que Hollande a foutu dehors 17% des socialistes, voire même plus, qui ne seront plus représentés.
On pourra demander à Bayrou ou Juppé, tiens...Ils ont l'air plus à gauche que notre Vallsounet...
Ok, je suis mauvaise langue, Vallsounet, c'est gentil comme surnom, non?

Tiens, un autre extrait intéressant de l'entretien, à méditer:

"Les institutions ne permettent pas aujourd’hui de trouver une solution de compromis à ce conflit, comme cela peut se passer dans les autres pays européens. D’autant plus qu’une bonne partie des députés de la majorité considèrent que la présidentielle de 2017 est déjà perdue. La menace de la dissolution a donc perdu son effet dissuasif. "

Donc, oui, il faudrait dissoudre, je crois que ce serait une bonne chose, et si en plus, Marine le Pen est en tête, au moins, vu qu'on est presque au fond du trou, dans le degré zéro de la politique, là, on aura atteint enfin les profondeurs du gouffre, et on va se marrer, avec le FN en cohabitation. Chiche!

Mais on en revient encore à la même problématique : Hollande n'en aura pas le courage, comme Chirac l'avait fait en 1997.
La Vème République demande des hommes forts à sa tête, il n'y a aucune place pour un système collégial qui déciderait en concertation. Soit on est un homme d'exception, soit le système coule et se retourne contre tous, contre le peuple qu'elle est sensé protéger, effectivement.
Mais quelles seraient les circonstances qui feraient qu'on pourrait changer ce système?
Car il faudrait des hommes forts pour le décider et  mettre en place une VIème République.
Le serpent  qui se mord la queue, en fait...

En terme d'ailleurs de courage, il me semble que le FN n'a aucune intention de changer le système de République, une fois arrivé au pouvoir, si ils y arrivent, avec les efforts que Valls semble faire pour que cela se fasse...l'emploi du conditionnel s'éloigne de plus en plus...

Lien:

http://www.liberation.fr/politiques/2014/08/25/on-ne-peut-plus-exclure-une-dissolution_1086487

Le Nouveau Gouvernement

Premier Sinistre: Valls
Ministre de l'Intérieur: Valls
Ministre du Budget: Valls
Ministre du Travail: Valls
Ministre de la santé Valls
etc....
Porte-Parole du gouvernement: Hollande.

Bienvenue en Régence!
Valls va pouvoir enfin organiser de longues discussions avec lui-même, pleine de diversité et de richesse intellectuelle, sans être contredit.
Dans 6 mois, si Hollande dissout l'Assemblée, il sera fin prêt, Valls , pour prendre la tête du gouvernement de Droite.

En savoir plus: http://gauchedecombat.net/2014/08/26/la-composition-du-gouvernement-a-fuite/

lundi 25 août 2014

Gouvernement: Aurélie, aussi ( jette l'éponge)

Je la trouvais sympa, mais larguée, complètement à côté de la plaque en Ministre de la Culture.
Faut dire qu'elle en a , elle aussi, avalé des couleuvres...
Tiens, depuis deux ans, qu'est-ce qui a changé, à la culture, avec le précédent gouvernement?
Il y a-t-il eu une révolution?
Le budget a été tronqué. Les intermittents sont toujours un problème ou ont toujours un problème.
La refonte de Hadopi est au point mort.
Le rayonnement culturel français...euh...on va éviter le sujet sous peine de fous rires de l'Opposition de l'UMP qui vit un moment de grâce...et boit du petit lait.

Là, elle a pété les plombs, Aurélie et se barre.

Comme dit le blog Vallsination, on a perdu la Gauche au gouvernement...et la fronde grandit...

Le côté positif, c'est que la politique de Valls nous montre qu'une politique de Droite n'est pas la solution, et c'est sans doute un positionnement vers le Centre qui fera gagner 2017, enfin, on en est loin, encore.

Du coup, la rentrée politique devient passionnante, si on  oubliait tous ceux qui souffrent de la situation.

Je me souviens de ceux qui étaient, comme moi, de simples lecteurs et commentateurs de blogs politiques, qui remerciaient en 2012 les blogs d'opposition d'exister car la situation au regard des valeurs, de la crise, et du climat général de la Sarkozie leur était insupportable.
A cette époque, il y avait une certaine cohésion contre Sarkozy et son gouvernement, qui avait fait l'unanimité en termes de rejet.
Deux ans plus tard, Hollande et bientôt Valls sont quasiment au même point.
A l'époque, l 'Opposition avaient du talent. On a toujours plus de talent dans l'opposition, j'ai l'impression, d'une manière générale.
La majorité est divisée actuellement et l'actuelle Opposition joue les opportunistes, au lieu de proposer...
Le Front Anti-Hollande grandit néanmoins.
Je comprend vraiment qu'Aurélie Filippetti se barre, en fait, pour en revenir au sujet du billet.
Et maintenant, ils vont faire quoi, tous ces gens de gauche qui sont partis?
Valls s'est isolé. Hollande, cela fait longtemps qu'il est isolé, aussi. Et il reste trois ans.


Courage et démissions

Voilà, Valls ou Hollande ont pris la décision qu'il ne fallait pas.
On n'a plus de gouvernement.
On va nettoyer les contestataires, changer les têtes?

Qui va-t-on mettre à la place?
C'est tout à l'emporte-pièce, aucune réflexion, on dégage.
Un patron qui vire ses employés, parce qu'ils lui disent: on est dans la merde, on va où? Et bien, le patron ultra-libéral il vire et il remplace.
Ce qui est interdit, un patron ferait ça, il serait lynché sur la place publique.
Attention, Montebourg et Hamon n'ont pas arrêté de bosser selon les directives du Patron, non, ils ont essayé de lui faire comprendre qu'il se trompe, et au lieu d'écouter, au lieu de se dire, peut-être qu'ils ont raison, non, on vire, on fait sa colère...

Ben, ça commence bien, cette rentrée!

En plus, saluons le courage de Valls qui est resté planqué derrière l’Élysée...Bravo!
Et dire que ce type est Premier Ministre...

Liens:
http://extimite.net/2014/08/25/donc-valls-demissionne-mais-reste/
http://gauchedecombat.net/2014/08/25/trop-de-gauchistes-au-gouvernment-il-saute-fauxcialistes/

Qui a perdu le contrôle du véhicule France ?

Franchir la ligne jaune: se déporter à gauche de manière trop nette. Voilà ce que Da Silva a dit hier : Montebourg aurait franchi la ligne jaune...ce qui est un comble pour un socialiste, non, enfin pour un membre du gouvernement Valls sous la Présidence de Hollande.
C'est pas comme si Hollande était socialiste, à gauche, ou même Valls...On se demande.
A force de rouler trop à droite, on est dans la bande d'arrêt d'urgence et on va finir par aller dans le mur...

D'ailleurs, qu'est-ce qu'a dit Montebourg? Qu'on va dans le mur et qu'il faut bien quelqu'un afin de prévenir avant qu'il soit trop tard.
Qu'est-ce que dit Hamon? Qu'on ne stimule pas la demande si personne n'a les moyens d'acheter et qu'on peut avoir un magasin bien rempli, si personne n'a les sous pour venir y faire les courses...donc, que stimuler l'offre en pensant faire repartir la consommation et la croissance...
Nous sommes dans une stagnation économique, que beaucoup assimilent à la crise, faut dire que lorsque l'électricité coûte un bras, le loyer une jambe et qu'on finit le mois au premier de celui-ci (Cf Coluche...)...
Et que les dividendes reversées aux actionnaires dans notre pays font qu'on est au deuxième rang mondial, derrière les USA...Bref, la France continue à s'enrichir et tout ça part dans les poches de la Finance internationale...tiens, l'adversaire de Hollande au Bourget...
Montebourg a rappelé que le virage à gauche avait fait élire Hollande, contre Sarkozy, pas pour mettre le clone de celui-ci , Nicolas Valls ou Manuel Sarkozy, un Vallskozy...Un gouvernement qui zigzague et qui prend toute la route...
Qui a perdu le contrôle du véhicule?
Bien courageux, Valls n'a pas réagi mais comme il s'est trouvé depuis sa nomination plein de proches, d'un coup, ce sont ses copains qui montent au créneau...

dimanche 24 août 2014

Hollande a mangé un clown



Cela aurait pu être publié dans l'Observatoire de la Moisisphère, autre de mes blogs mais franchement, j'ai eu un de mes meilleurs fous rire mémorables devant mon ordinateur ce matin.
Mon collègue Bembelly fait un billet, avec conviction ou humour, je ne sais, sur ce qu'aurait dit Hollande à la Réunion.

Quand je lis le billet, je me précipite tellement c'est gros, ce qui y est dit, tellement c'est incroyable sur le lien qui assure que Hollande aurait dit que la crise est finie!
Oui, vous avez bien lu: la crise est finie!

Et bien, c'est vrai! Pas que la crise est finie, mais que Hollande l'a dit...
Il a donc bien mangé un clown, il fait de la concurrence aux humoristes, celui-là.
On se demande donc bien si la raison qui fait qu'on censure certains clowns ne serait pas ici...oups, j'ai pas résisté, désolée...

Je continue la lecture et je tombe sur la raison, enfin une des raisons, de la crise: si ça ne va pas encore bien, c'est la faute aux Français, qui ne lui font pas confiance! Il y a une crise de confiance, quand même! d'une certaine manière, oui, on lui a fait confiance et on l'a élu...Mais la confiance, ça ne se commande pas, faut dire! Mais bon, si c'est de notre faute alors...

Puis nous terminons pas le point final du sketch: en fait, il n'y a plus de crise mais il y a quand même une stagnation.
En gros, on n'a pas eu un été pourri, on a eu des beaux jours modérément présents.
En gros, il n'y a pas de chômage, il y a des gens qui n'ont pas d'activité professionnelle...
Voilà, on n'est plus en crise, on est en stagnation, nuance!
Une phase d'arrêt de la croissance, cela s'appelle la stagnation économique...
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère...
Enfin...

Et dire qu'il y en a qui essaient de bosser et qui croient encore dans la possibilité de gouverner sérieusement , avec des valeurs pour lesquelles ils ont été élus...


Définitivement, Hollande est perdu, là. Au moins, on sait dans quoi il pourra se reconvertir...
Mieux vaut en rire.

Sources images:
Dozone Parody
Ce blog d'humour

Contributeurs

Citoyen Reporter

Palestine Libre Nouvelles

Rappel de la loi

Pour rappel : la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une race ou une religion déterminée, est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amendes (article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse).

La balise magique des liens en commentaires


Un bon truc afin de mettre des liens cliquables dans les commentaires: Vous mettez votre "lien" là où c'est indiqué et vous ajouté le texte qui l'illustre à la place de MOTS
http://www.commentcamarche.net/contents/496-les-liens-hypertextes

Pour me laisser un message par mail

About Me

Sites de référence

Compteur visites depuis le1/5/2012, mis en place le 10/6/2012

Compteur Global

scoop it

Nombre total de pages vues

Notre Devise Originelle

Notre Devise Originelle
A méditer